0%
octobre 2019

Le coding dès la maternelle : comprendre, décoder et agir dans un monde numérique

Depuis la rentrée 2019, de la maternelle au collège, les élèves inscrits en Principauté de Monaco bénéficient d’une heure par semaine d’apprentissage de la programmation informatique (Coding en anglais). L’ajout de ce nouvel enseignement fait écho à la volonté du Gouvernement Princier, sous l’impulsion du programme #ExtendedMonaco, de préparer les générations futures au monde de demain.

L’avènement d’Internet a bousculé notre société depuis 20 ans, et a ouvert la porte sur un monde aux possibilités multiples dont la courbe est exponentielle. Aujourd’hui, nous devons préparer les enfants, dès le plus jeune âge, à devenir acteur de ce changement et à dépasser le simple rôle de consommateur.

Devenir le premier pays à enseigner l’apprentissage de la programmation à tous ses élèves, dès la maternelle, est un pari sur l’avenir. C’est aussi une initiative qui atteste du souhait de la Principauté de développer la capacité des enfants à utiliser les outils et applications numériques, dans une démarche qui se veut interactive et ludique.

L’apprentissage de la programmation, un nouveau langage comme on apprend l’alphabet ou une langue vivante !

Apprendre les langages de la programmation informatique n’est pas le seul objectif de ce nouvel enseignement. Il constitue également un support de choix pour développer des compétences essentielles dans la société actuelle : être créatif, résoudre des problèmes, communiquer et collaborer en équipe, savoir s’adapter et prendre parfois des risques. Par ailleurs, cette initiation permet également de mettre en pratique de nombreux principes mathématiques et grammaticaux enseignés dans d’autres matières.

Un parcours d’apprentissage de la programmation est donc mis en place pour tous les élèves de la Grande Section de maternelle à la classe de 3ème, soit plus de 2 700 élèves en Principauté, et sera étendu dans les prochaines années au lycée.

  • À 5 ans, les enfants sont initiés à la programmation avec le robot pédagogique Bee-Bot.
  • À 6 et 7 ans, les élèves utilisent le robot Blue-Bot qui offre les mêmes fonctionnalités que Bee-Bot, mais avec la possibilité supplémentaire d’être programmé à distance par liaison Bluetooth via une application logicielle disponible sur tablette.
  • À 8 ans, c’est un bracelet à LED multicolore qui est utilisé pour apprendre à programmer.
  • À 9 et 10 ans, la carte Micro:bit est mise à disposition de chaque élève. Il s’agit d’une carte électronique programmable qui peut être utilisée pour toutes sortes d’objets.
  • Au collège (de 11 à 15 ans), l’apprentissage de la programmation se fait au sein de plusieurs disciplines. Ainsi, le temps consacré à la programmation avec le logiciel Scratch a été doublé en mathématiques. Les professeurs de physique-chimie, d’histoire-géographie et de sciences de la vie et de la terre s’investissent également dans cet apprentissage. Des expérimentations sont aussi menées en parallèle, notamment avec le logiciel Minecraft.
  • Au lycée, en classe de seconde (16 ans), tous les élèves pratiquent le langage Python.

Les professeurs ont bénéficié de formations sur la programmation informatique. Des ressources ont également été mises à leur disposition pour créer les contenus des cours.

En effet, tous les enseignants ont accès, depuis cette rentrée, à des modules de formation dédiés à l’apprentissage de la programmation sur Monaco Digital Academy, la plateforme d’e-learning de l’administration monégasque.

Promesse tenue

Ce projet avait déjà été annoncé à la fin de l’année 2018 : « Monaco, 1er pays au monde à promouvoir le coding de la maternelle à la 3e sur l’ensemble de l’enseignement public, avec des systèmes adaptés à chaque tranche d’âge ». Promesse tenue ! Il entre désormais dans le quotidien des élèves.

Retrouvez également l’article consacré sur Monaco Hebdo.

L’Education opère sa transition numérique dans une approche raisonnée

L’apprentissage de compétences « métier » dont la programmation informatique est une première brique essentielle. Mais l’introduction à la logique de citoyenneté numérique est également essentielle pour le Gouvernement: il s’agit d’initier les élèves de la Principauté à la compréhension des limites et des dérives du numérique.

Nicolas Rodier, conseiller technique auprès de la Direction de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports souhaite à travers ces initiatives faire passer les élèves de la « simple consommation à la compréhension ».

Un message qui fait écho au constat de Mme Isabelle Bonnal, Directeur de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports : « Le numérique est souvent présenté aujourd’hui dans ce qu’il a de clivant : il y a les « pour » ; il y a les « contre ». Pourtant, le numérique n’est ni un enfer, ni un paradis. C’est un nouveau monde qu’il nous revient de construire. C’est une formidable chance pour la Principauté de contribuer, à son niveau, à l’avènement de cette ère numérique ».

En effet, des dérives existent (addiction aux écrans, cyber-harcèlement, fake news, vol de données personnelles) et il est primordial d’accompagner nos actions d’apprentissage par des actions de prévention. Il s’agit de développer l’esprit critique de nos jeunes en les amenant à comprendre comment fonctionne les outils numériques.

La mise en œuvre de ce projet s’inscrit dans une vision plus globale ayant pour but de transformer l’éducation et en particulier le rapport au numérique des élèves et des étudiants de Monaco mais aussi de renforcer les positions de la Principauté à l’échelle internationale, dont l’excellence pédagogique est déjà bien reconnue.

   Partager :
Chiffres clés
 
%

des 2700 élèves formés à la rentrée 2019

 
h

en moyenne de programmation hebdomadaire

 

écoles et 1 collège